Créer mon blog M'identifier

La planète bleue

Le 26 juillet 2017, 22:48 dans Humeurs 0

Il y a quelques jours je suis tombée sur une photo du chef indien Raoni en larmes. La photo était accompagnée de cette légende:  'Le chef indien Raoni, figure de proue des communautés d'Amazonie, est en pleurs à cause de la construction de la centrale hydroélectrique'.

il s'avère que cette photo a été prise hors contexte. Qu'à cela ne tienne, elle a fait, semble-t-il le tour du monde parce que relayée sur une myriade de sites, réseaux sociaux et blogs pour enfin parvenir jusqu'à moi.

Depuis deux ans, le cliché circule donc, tout et son contraire ont été racontés à son sujet, mais jamais sa vraie histoire, certes. 

Mais pourquoi est-elle autant partagée à travers la toile? y aurait-il un renouveau planétaire, un éveil de la conscience à l'échelle mondiale vis à vis de la conservation de la nature et, par delà même, des droits des populations autochtones. Nous sentirions-nous concernés par ce qui se passe à des milliers de kilomètres de chez nous?

Y aurait-il un lien entre la protection des peuples autochtones et la sauvegarde des éléments naturels ? 

les autochtones reconnaissent la propriété collective conçue comme un pouvoir. En occident, c'est un concept purement technique.

Alors, oui! la question se pose: faut-il accorder aux communautés qui respectent leur environnement le droit à la différence et avoir de cette façon un impact positif sur l'équilibre du système planétaire?

Reconnaître la légitimité d'une telle protection, de l'utilisation durable de son environnement passe aussi par reconnaître la coutume comme système juridique pour certains peuples.

Et que dire du patrimoine culturel immatériel, du patrimoine de l'humanité? ce ne sont que des concepts.

Qu'en est-il du ressenti parceque le sujet nous touche. Il touche notre conscience car toute matière est vivante et nous en sommes les gardiens. l'intensité de vie varie, qu'il s'agisse de roches ou de cellules vivantes jusqu'au coeur même de la terre.

C'est un principe fondamental de reconnaître Gaïa comme une structure matriciëlle de tous les organismes, Elle est un être vivant avec un coeur et un esprit.

Gaïa, être transcendantal et conscient. Elle est vivante car toute matière est vivante. Elle nous est comparable avec nos cellules. Tout ce qui nous permet de vivre vient d'elle, notre corps, notre nourriture, notre maison, notre environnement...

Elle mérite au plus haut degré, amour, respect et protection. Elle a donné naissance à l'humanité et nous sommes une partie d'elle-même. C'est peut-être pourquoi, avec conscience, nous nous sentons tant concernés par les larmes de Raoni quand on nous explique qu'elles sont provoquées par une décision de justice allant contre le sens de la conservation de la nature.

Pour les forêts détruites, les animaux maltraitrées, les océans pollués, les territoires saccagés , les Hommes fauchés au nom du fric!

 

S'habiller sans polluer.

Le 8 octobre 2013, 18:29 dans Écologie 0

Je vous propose une boutique en ligne de la marque EKYOG, spécialiste des vêtements bio pour femmes, bébés et enfants.

Love yourself

Le 7 octobre 2013, 15:54 dans Humeurs 0

Le défi le plus difficile à relever est d'être vous-mêmes dans un monde où chacun essaie de faire de vous une autre personne...

Aggra, octobre 2008.

Voir la suite ≫